12 Fév 2016

Faire l’électricité de mon nouveau logement ?

Faire l’électricité d’un logement n’est pas une opération anodine et sans conséquence budgétaire.

Pour faire l’électricité de votre logement, mon premier conseil est des plus simples. Avez-vous compté ces travaux dans le prix d’achat du bien ?

Cette question est très générale. Faire l’électricité, cela veut tout dire et rien dire en même temps. J’espère que le chiffrage a été effectué précisément et que vous disposez de ce budget pour mener à bien ce chantier.

Maintenant vous avez deux possibilités :

1) Faire les travaux vous-même. Concernant l’électricité, si vous n’y connaissez rien en travaux, je vous le déconseille vivement. La moindre erreur peut se révéler désastreuse. Pour votre santé et pour votre logement puisqu’il y a un risque d’incendie bien réel si vous faites n’importe quoi. Ces deux risques concernent d’ailleurs tous les types de travaux, des plus risqués, comme l’électricité, aux plus anodins, comme la peinture. Par exemple, si vous utilisez de l’huile de lin pour imprégner un bardage extérieur, il faut savoir que cette huile est auto-inflammable. Si vous jetez directement vos chiffons dans la poubelle, vous risquez d’y mettre le feu. Et pourtant cela paraît inoffensif. Bref, pour l’électricité, si vous n’y connaissez rien, abstenez-vous, même pour rallonger une prise.

Il y a de nombreux facteurs à maîtriser et faire l’impasse sur ces obligations mène à un défaut sur l’installation et au risque d’incendie. Les incendies liés à l’électricité représentent quasiment 1 incendie sur 3. C’est énorme. Il me paraît judicieux de vous éviter de faire partie des statistiques.

2) La solution la plus sage consiste à passer par un électricien qualifié pour intervenir sur votre installation.

Concernant le coût, cela va dépendre de l’étendue des travaux à entreprendre. S’agit-il de sécuriser le tableau électrique, tirer de nouvelles lignes ou refaire complètement les lignes de tout le logement ? Sans compter les appareillages qui peuvent se révéler être un budget colossal si vous devez tous les changer. Selon que les platines soient simples, doubles, triples ou quadruples, et selon le matériau, le seul prix de la plaque peut se situer aux alentours des 150 € TTC en magasin de bricolage. Et il faut ajouter les mécanismes !

Encore une fois, ce qui semble dérisoire de prime abord, peut devenir un véritable gouffre financier.

Si vous devez tout refaire, ne comptez pas moins de 100 € par m² de logement. Et à ce prix, ce sera du travail en apparent la plupart du temps. L’addition grimpera vite si vous souhaitez, par exemple, un système encastré.

L’encastré aura sans doute une limite juridique, puisque sur les murs porteurs en copropriété, vous ne pouvez pas faire de saignées, c’est formellement interdit. Il faudra ruser pour trouver des passages dans des faux plafonds, des plinthes électriques, et accepter qu’une partie de la rénovation soit en goulottes apparentes et pour certaines prises ou interrupteurs, en saillie.

Ce type de rénovation est conséquente, j’espère sincèrement que le budget a été prévu lors de l’achat. D’autant plus que cela va impliquer d’autres travaux en aval, comme la peinture, par exemple.

L’incertitude fiscale pèse constamment sur l’immobilier. Les lois changent chaque année, de nouvelles taxes apparaissent, les autres ne cessent d’augmenter.

Il est impératif pour votre équilibre financier de ne pas acheter un logement surcoté qui vous enlèverait toute marge de manœuvre en cas d’imprévus ou de coup dur, ou tout simplement pour vivre normalement sans devenir un esclave moderne en travaillant pour vous loger et vous nourrir, sans ne pouvoir rien faire d’autre.


Laurent Criado